http://www.google.com/analytics/ https://www.google.com/analytics/

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2022

ZONES EXPANSION DES CRUES

Verquin: la zone d’expansion de crue sera terminée d’ici quelques jours

La lutte contre les inondations dans l’agglomération bat son plein. Une première ZEC (zone d’expansion de crue) va être terminée, à Verquin. L’objectif : stocker l’eau pour éviter les débordements. D’autres doivent être construites d’ici 2023.

Stéphane Leulier

 Temps de lecture: 2 min

« En tant que maire, relève Thierry Tassez, nous sommes face à la détresse des habitants et à l’attitude des assurances. » « Dès que nous sommes arrivés, la lutte contre les inondations a été notre priorité  », assure quant à lui le président de l’agglo Olivier Gacquerre.

 

 

Les deux élus, hier adversaires pour la présidence de la CABBALR, étaient ce mardi, casques sur la tête, devant le chantier de la ZEC (zone d’expansion de crue) de Verquin. Il est des sujets sur lesquels l’urgence est absolue.

 

 

La lutte contre les inondations, avec en toile de fond un contexte climatique des plus inquiétants, en fait partie. Pour rappel, le 13 septembre 2021, suite aux épisodes pluvieux estivaux, un nouvel arrêté de catastrophe naturelle « inondations et coulées de boues » avait été pris pour dix communes de l’agglo.

Une capacité de stockage de 18 000 m3

Les travaux ont commencé en octobre, derrière le cimetière. Ils devraient être terminés d’ici quelques jours. Ce projet est situé au niveau du courant de Drouvin-le-Marais, en amont de son passage busé sous le cimetière de Verquin et la rue de l’Égalité. L’objectif ? Protéger le secteur situé en aval, notamment la rue de l’Égalité, en limitant le débit entrant dans la partie busée du courant de Drouvin pour annuler ses débordements par les regards. La capacité de stockage sera de 18 720 m3.

 

 

La facture est de 500 000 €. Le financement se partage entre la CABBALR (Communauté d’agglomération Béthune-Bruay Artois Lys romane) à 37 %, l’État (40 %) et l’Agence de l’eau (23 %). Outre le ralentissement des crues par le stockage de l’eau, ce nouveau bassin a été étudié pour se fondre dans le décor. Une fois cet ouvrage et les quatre autres prévus à Gosnay, La Comté et Ourton - dont les travaux n’ont pas encore commencé -, le chapitre des constructions sera terminé.

Il sera alors question de poursuivre et intensifier le travail d’entretien des berges et celui entamé avec les agriculteurs afin de recréer des obstacles naturels au déferlement des eaux lors des épisodes critiques.

 

 

Écrire un commentaire